Skip to main content
Suche schließen

C’est la semaine du goût !

08. October 2021

Pourquoi titiller leurs papilles et développer leurs sens ?

Une semaine par an, le goût s’invite à l’école, au restaurant scolaire et à la garderie. Si manger de tout est essentiel à la santé et s’apprend, c’est aussi et surtout un plaisir qui se partage. La convivialité, le convive, viennent du latin « vivre ensemble », un autre sujet d’éducation essentiel ! Et ce qui est fantastique dans le bien manger, c’est que chaque sens intervient pour délivrer un feu d’artifices de sensations. Alors, en cette semaine du goût, l’Atelier STABILO s’est penché sur le sujet avec délectation parce que chez STABILO, on aime la créativité, la couleur, le beau… et le bon ! 

Manger de tout (et se régaler)

Lorsque le petit humain nait, la seule saveur qu’il connaît, c’est le goût du sucré ! Assurément, dans le ventre de sa maman, le placenta a déjà fait son travail en titillant in-utero les papilles de bébé. Ainsi le petit indien a très jeune une appétence pour la cuisine épicée ! Merci à sa maman ! Les autres saveurs que sont le salé, l’acide et l’amer, et bien… il va apprendre à les apprécier. L’amertume par exemple viendra plus tard, à l’heure du café et de la salade d’endives qu’on finit presque tous par aimer. Les études l’ont montré, plus on goûte un produit ou un plat et plus on l’aime…. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas baisser les bras et ne pas se laisser dévorer par le petit (ou grand) polisson qui refuse de manger un seul haricot vert. 

D’autant que, nul besoin de le rappeler, l’alimentation est un facteur essentiel de sa bonne santé. L’homme est un omnivore et l’enfant doit apprendre que pour être en forme, son assiette doit être pleine de couleurs et variée. A l’école, l’éducation à l’alimentation est dans les programmes mais elle est parfois si rigide… Comme nous tous, les enfants ont envie de se régaler. Et c’est ce qui est fantastique dans l’éducation au goût : c’est la joie, le partage, le vivre-ensemble, le plaisir. A nous de leur montrer qu’on peut se délecter avec un gratin de courgettes ! 

L’éducation sensorielle

Sans odorat, les papilles de la langue ne vont sentir que les 4 saveurs. Oubliées les flaveurs qui distinguent une pêche d’une fraise ou d’une cerise pourtant toutes sucrées… autant dire que c’est bien triste. Ceux qui ont le nez bouché le savent. Et puis rentrer dans une cuisine dans laquelle mijote une ratatouille aux odeurs de thym nous met… l’eau à la bouche ! L’odorat est donc un sens essentiel du goût. 

La vue est également bien entendu très importante. Nous aimons tous avoir de belles assiettes bien dressées au restaurant. Elle l’est encore plus pour les enfants, le saviez-vous ? Bien sûr que vous le saviez, vous qui faites parfois des purées volcan et des assiettes bonhommes. Si les pâtes alphabet ou étoiles leur plaisent tant, c’est parce que le joli et le rigolo sont plus importants pour eux que le goût. La plâtrée d’épinards qui a perdu son vert flamboyant aura donc du mal à les séduire, c’est sûr. Si l’ouïe est moins sollicitée, le croustillant a tout de même son charme. Quant au toucher, cueillir des légumes et les cuisiner décuplent la joie (et l’envie) de les déguster. 

La couleur s’invite à table

L’enfant se prend vite au jeu des couleurs et de la variété des formes. L’Atelier STABILO vous invite à en user ! La découverte des couleurs sera bientôt associée à celle du légume entier et pour les plus grands, au travers de petits ateliers de cuisine. Avec ou sans les enfants, jouez avec les couleurs de base des légumes pour en faire une palette d’artiste. Utilisez les formes à l’aide de petites cuillères, spatules, fourchettes et autres instruments qui permettent de présenter l’aliment sous des formes diverses et de rompre la monotonie des repas ! Imaginez des décorations rigolotes autour de formes simples qui les séduisent : bonhommes, ronds, carrés, maisons à l’aide d’herbes, de tomates cerise, d’oeuf... (voir ci-dessous).

À nous les épices ! 

Les enfants n’apprécient pas la nourriture épicée ? Mais si... Lorsque l’enfant est en âge d’avoir une alimentation diversifiée, introduisez, avec modération, des épices douces : la cannelle sur les pommes mais aussi dans les pâtes, le curry, le curcuma, le safran... Essayez la coriandre ou la vanille dans une purée de carottes, miam, un délice ! Avec les épices, les herbes aromatiques, la vanille, vous allez éduquer les papilles des petits gastronomes !

Ouvrir leur esprit aux goûts du monde entier 

Faire découvrir aux enfants que l’on ne mange pas la même chose dans le Sud de la France et à l’autre bout du monde est à la fois essentiel tant pour ses papilles que pour sa culture générale et son acceptation de la diversité ! Pourquoi sortir des sentiers battus alors qu’il découvre à peine les saveurs simples ? Parce que manger, ce n’est pas seulement se nourrir. Manger c’est aussi apprendre à faire comme les autres, comme ceux que l’on aime, apprendre l’identité du groupe et du même coup, construire sa propre identité culturelle. La cuisine est un véritable langage social, et comme tout langage, elle réunit et sépare à la fois : « Je ne comprends pas comment ils peuvent manger cela » entend-on parfois. Mais tout comme on peut apprendre une langue, on peut aussi apprendre à connaître l’autre, les autres, au travers des aliments. Manger ce que l’autre mange, c’est le considérer comme digne d’amitié et de confiance. Connaître d’autres aliments, d’autres associations, c’est élargir son horizon, c’est apprendre la variété du monde et des êtres, c’est surtout apprendre la liberté et l’existence des choix possibles !

Gratin dauphinois, tajine, couscous, bleu d’Auvergne, reblochon ou maroille, fromages d’Italie (quelques copeaux de parmesan sur les pâtes ? Dès qu’ils seront en âge de le faire, ils en réclameront encore !), nouilles chinoises, ratatouille... Ouvrez leur esprit aux goûts du monde entier !

La main à la pâte

La pédagogie, ce n’est pas l’acquisition de savoirs mais l’implication : en un mot, raconter comment poussent les tomates n’a pas la même efficience dans la tête (et le coeur) de l’enfant que de les planter, les arroser, les voir rougir et de les ramasser ! Non seulement il comprendra comment « ça pousse » mais surtout, les tomates n’auront pas du tout le même goût que s’il les mange sans les avoir vues grandir ! Les enfants peuvent tout à fait mettre la main à la pâte, à leur rythme : on ne casse pas un oeuf, on ne découpe pas une courgette à 3 ans... mais « touiller » un gâteau, écosser des petits pois, découper une pâte sablée avec les emporte-pièces, c’est tout à fait possible !


C’est beau c’est bon

Que faire avec nos beaux STABILO ? 

  • Dessiner son assiette et la réaliser (ou l’inverse) 

   
  • Peindre une nature morte (et la manger après)

 

 

Crédits : Adobe Stock / Les Ouvreuses 

Il ne nous reste qu’à vous souhaiter un bon appétit… et à vous dire que l’éducation au goût… c’est pas une semaine par an, mais bien toute l’année ! 

view more

Aimez cet article !

Nina - 25. November 2021 16:20
C pas parfait a la cantoche...
Submit a Comment

Sorry, but your browser is really old.

Try to update it or use a different one. Thanks!